Vos commentaires seront les bienvenus !

Nous sommes plus que jamais à l'époque du dialogue, de la participation. Alors, n'hésitez pas à vous exprimer sur les thématiques des divers billets. Encouragez-moi en m'indiquant les sujets que vous aimeriez voir traités ! Et à bientôt !

samedi 3 avril 2010

Le choix du Président : ou la coloscopie d'Obama

A.          Dans la revue américaine « Pharmacie choice » du 9 mars 2010, je lis :

« Le mois consacré à l’information du grand public sur le cancer du côlon commence par la nouvelle selon laquelle le Président Obama a choisi la coloscopie virtuelle comme mode de dépistage. » Dans cet article, le président de la société Viatronix qui construit l’appareil, un V3D colon software, utilisé au National Naval Medical Center pour examiner le Président, ajoute même avec beaucoup de franchise et un brin de naïveté qu’ il est « extrêmement fier que son système ait été utilisé pour ce dépistage sur la personne du Président, car cela confirme que cet appareil de coloscopie virtuelle est le meilleur du marché. »


Suit, dans la même publication, la liste classique des avantages relatifs de cette procédure, à savoir la sensibilité dans la découverte de lésions, la rapidité de l’examen, l’absence d’anesthésie et le confort conduisant à une bonne compliance du patient.
Dans ces conditions, le rédacteur ainsi que, d’après moi, le fabricant de l’appareil s’insurgent contre la décision récente du Center for Medicare and Medicaid Services (CMS) et de la US Preventive Services Task Force de ne pas rembourser cet examen pour leurs adhérents dans cette indication de dépistage !
Du côté des protestataires, on trouve aussi (ce qui n’étonne pas), l’American College of Radiology, mais aussi l’American Cancer Society et l’American Medical Association, tous unis pour supplier leur cher président d’utiliser son exemple et son autorité pour faire sauter cette barrière du non-remboursement de cet outil de dépistage.
Et la voie est largement ouverte à un déchaînement de déclarations et d’opinions contradictoires qui inondent le Net (d’origine USA pour le moment) et dont voici quelques exemples:
Dr D.H. : « Quelles que soient ses préférences personnelles, [Obama], il a envoyé un mauvais message au pays ! En tant que leader de la Réforme de la Santé, son devoir est de donner l’exemple et de promouvoir les décisions consensuelles, les méthodes validées, et d’éviter tout ce qui est coûteux, dangereux et incertain » (joli, n’est-ce pas ?)

L.T. : “More care is not necessary, better care is!”

“Obama exam included prostate cancer screening and a virtual colonoscopy. The PSA test is not routinely recommended for patients younger than 50 and Obama is 48.”
B.          M’intéressant depuis 30 ans environ au problème du dépistage du cancer colorectal, qui tue depuis des décennies plus de 15.000 français chaque année, j’ai pendant toute cette période lutté pour la mise en place à l’échelle nationale de l’utilisation d’un test, l’Hermoccult. Il est très simple, très peu coûteux, facile d’emploi, d’une efficacité validée au niveau international, mais sa spécificité imparfaite et sa sensibilité moyenne l’obligent à être régulièrement répété pour faire baisser de façon significative la mortalité par CCR. C’est chose faite depuis peu de temps, grâce à l’efficacité de l’INCA !
Toutefois, la succession est ouverte à une ou plusieurs méthodes plus performantes : la compétition a été et en sera de plus en plus « sauvage », avec une mixture de rivalités de scientifiques, de compétitions d’entreprises et d’intérêts financiers majeurs, lorsqu’il s’agit de prendre en charge des populations entières.
C’est ainsi qu’au fil des années, les compétiteurs se sont multipliés.
On peut donc citer dans le désordre :
-      Le lavement baryté, quelque peu obsolète ;
-      La coloscopie totale, qui demeure l’acte diagnostic majeur, doublé d’un acte thérapeutique, lorsqu’il s’agit de faire l’exérèse de petites lésions, et plus encore un acte de dépistage, quand le choix du patient et du médecin est de faire une coloscopie tous les 10 ans à partir de 50 ans, en l’absence de découverte de lésion significative ;
-      La sigmoidoscopie, qui ignore le côlon droit ;
-      L’IRM, peu employée ;
-      Des essais de robots circulant dans le côlon pour examiner la muqueuse ;

et enfin, toujours dans l’imagerie :

-      Le scanner, qui est à l’origine de ce billet, dont nous avons entendu les vertus, énumérées par les vendeurs et les utilisateurs, vertus auxquelles nous sommes tenus d’ajouter quelques réserves que sont :


-      Le coût élevé de l’appareil et de l’examen ;
-      La nécessité de subir avant l’examen une évacuation colique désagréable, comme avant une coloscopie ;
-      L’irradiation même légère, liée aux rayons X émis par l’appareil ;
-      L’infériorité par rapport à la coloscopie pour déceler les petites lésions de l’ordre de 5 mm au moins ;
-      La nécessité, si des lésions sont découvertes, de faire dans un 2ème temps une coloscopie de diagnostic, de prélèvement et, parfois aussi, nous l’avons vu, l’exérèse de petites lésions.

 Aux derniéres nouvelles, l'affaire  du scanner  du Président prend de l’ampleur avec une jnformation donnée par le New York Times selon laquelle  la celebre Food and Drug Agency avait donné  son feu vert anterieurement  à cet usage  d'un scanner pour ce type de depistage ,  contre l'avis de nombreux scientifiques dont  un de leurs propres experts qui de ce fait avait perdu son poste. Devant  cette crise , la FDA vient de decider de réexaminer  d'urgence  le dossier

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Write more, thats all I hаve to say. Literally, it ѕeems as though yоu relied οn the
ѵideo to make yоur point. You definіtely know what youre talking about, why throw away your
intеllіgеnce on just posting νiԁeos
tο your sitе ωhen you coulԁ be
giving us something informativе to reaԁ?


Here is my site :: what is diagnostic ultrasound
My web-site :: how do you become an ultrasound technician